En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

Ethiopiques 17

Ethiopiques

Tlahoun Gèssèssè, pour le public éthiopien, c’est LA VOIX personnifiée. Plus encore que Mahmoud Ahmed, Alèmayèhu Eshèté ou Mulatu Astatqé, c’est l’icône absolue et insurpassable de tout un pays. La puissance phénoménale et innée de ses talents vocaux est au service de titres modernistes qui donnent une idée du groove qui a dominé la scène ethiopienne dans les années 70. Les arrangements, brillants et novateurs, sont de Mulatu Astatqé, (cf Ethiopiques 4 : « Ethiojazz »), l’accompagnement est assuré par le « Body Guard Band » ou « L’Army Band ». Une fois encore, cet immense artiste démontre qu’il faut reconsidérer l’histoire générale des musiques modernes d’Afrique à la lumière du gisement éthiopien.